Parkinson: comment soulager grâce à la respiration?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



La respiration, voilà une chose bien naturelle, on l’utilise et on n’y pense pas. Dans la maladie de Parkinson, la respiration devient tout, un mental, un outil, une fonction pensée, un outil de lutte de première main contre différents événements et/ou symptômes de la maladie de Parkinson. Encore faut-il être conscient de ce que peut apporter la maîtrise de la respiration.

Parkinson: comment s'en sortir grâce à la respiration?

La respiration, élément clé pour guérir de Parkinson

La respiration est le seul moyen d’influencer directement les processus de l’organisme qui normalement ne dépendent pas de notre volonté. D’ordinaire, la plupart des gens utilisent mal leur propre capacité respiratoire et respirent toujours trop apparemment. Il en est encore plus critique pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson dont le problème se pose de jour comme de nuit.

La respiration est critique lorsque certains connaissent des épisodes d’apnée durant le sommeil et/ou d’hypopnée, ou que la posture tend à réduire le volume de la cage thoracique, par inclinaison du tronc et du penchement de la tête ou des épaules en avant, ou encore par la compression de l’abdomen.

À cela, il faut ajouter que la respiration de cette personne est souvent sous l’influence directe de facteurs psychologiques.

Que se passe-t-il quand on utilise mal sa respiration ? La respiration est superficielle, le renouvellement de la portion d’oxygène et l’élimination du CO 2 dans le poumon ne sont pas assurés normalement. Il s’ensuit « l’effet domino », un dérèglement en chaîne, une insuffisante oxygénation du sang et donc de tout l’organisme.

Cette respiration superficielle ralentit la circulation lymphatique et empêche l’élimination complète des toxines et scories d’origine extérieure. Le corps se trouve lentement intoxiqué et le système immunitaire perd de son efficacité. Avant d’en venir même aux techniques de la bonne respiration, il nous faut revisiter l’idée même de la respiration, la respiration n’est pas qu’une pompe mécanique !

Il faut apprendre à respirer consciemment, c’est-à-dire à faire participer la pensée à la respiration. En adoptant cette posture mentale, vous verrez par vous-même, que la respiration, c’est plus que la respiration, il y a une transcendance, une énergie du monde qui s’ouvre à vous … Faites cette expérience de lier votre respiration à votre conscience comme dans une intime conversation.

Pratiquer la respiration profonde pour faire face aux angoisses, au stress, à l’anxiété liés aux périodes off La respiration profonde passe par trois phases indissociables qui doivent se faire harmonieusement l’une après l’autre, au rythme oscillatoire de l’inspiration vers l’expiration, de l’expiration vers l’inspiration, et ainsi de suite. La respiration complète se fait toujours par le nez.

Ces trois phases sont successivement :

  • la respiration abdominale : respiration basse par le ventre.
  • La respiration thoracique : respiration du milieu au niveau des côtes ou du thorax.
  • La respiration claviculaire : respiration haute au niveau des clavicules.

Durant ces trois phases, en position allongée de préférence, ou assis (assurez-vous une tenue droite de votre tronc comme pour une méditation et le dos en appui.), vos mains doivent être apposées durant ces trois phases de la respiration respectivement sur l’abdomen, sur les côtes (niveau thorax) et le bout des doigts sur les clavicules, pour bien sentir consciemment les mouvements de l’air, les mains deviennent comme les capteurs de l’esprit.

Votre respiration doit toujours être en pleine consciente comme si vous êtes à la fois l’acteur et l’observateur de votre respiration.

Exercez-vous à la respiration profonde, la plus possible, en dehors des phases off, afin que, de sorte avec le temps, elle devienne une seconde nature qui s’enclenche automatiquement comme un système de défense contre le stress.

À cette respiration profonde, vous devez vivre consciemment et lentement cette respiration, pour que l’air ait le temps de descendre profondément dans les poumons, pour les remplir, les gonfler, les dilater, les garder en vous quelques secondes comme pour que toutes fibres de votre corps accèdent à cette nourriture, et boire cet air comme un « élixir » et puis la relâcher, la dernière bouffée d’air doit toujours apparaitre meilleure que la précédente et ainsi de suite.

Pratiquez la respiration profonde comme un exercice mental et spirituel pour renouveler vos énergies intérieures.


Lisez aussi:

Parkinson: comment éviter les chutes à la maison

Quelle alimentation pour lutter contre Parkinson ?