Ostéopathie et Parkinson: comment débloquer le corps?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



L’ostéopathie se fonde sur une constatation : Les différentes parties de l’organisme : articulations, muscles, ligaments, organes, sont interdépendantes. Tout mauvais fonctionnement entraîne un déséquilibre au niveau d’autres structures situées à distance. L’ostéopathe a une approche générale : il ne se contente pas d’agir au niveau du symptôme, mais il recherche la cause première du problème.

Ostéopathie et Parkinson: comment débloquer le corps?

Ostéopathie et Parkinson, ce qu’il faut savoir

Pour fonctionner normalement, chaque partie du corps doit être privée de lésions organiques, mais aussi être correctement vascularisée, nourrie et débarrassée de ses déchets par le sang et la lymphe. Si des désordres empêchent ces liquides de circuler librement, des troubles apparaissent. L’ostéopathe recherchera donc toutes les pertes de mobilité des tissus, signes de blocages qu’il faudra lever.

La pratique ostéopathique est apparue au XXᵉ siècle, grâce à Andrew Taylor Still. Cet homme possédait un esprit curieux et ouvert. Il a créé les premières bases de diagnostic qui consistaient à traiter, non pas la maladie, mais un individu dans sa globalité. L’ostéopathe utilise ses mains de différentes façons pour sentir les zones du corps qui sont tendues ou comprimées.

Il sent les traces de vieilles émotions qui se sont logées dans différents organes et qui provoquent des dysfonctionnements. Son travail consiste à remettre de la fluidité dans tout le corps et à rectifier les déséquilibres induits par les mauvaises postures.

Dans la maladie de Parkinson, cette pratique est bénéfique ; elle aide à réguler la sphère intestinale et apporter une restauration de l’afflux vasculo-nerveux. À la suite de chaque séance, qui libérait les muscles cervicaux, le malade se sent moins coincé et dort de mieux en mieux.

Pourquoi consulter un ostéopathe ?

L’ostéopathie apporte des solutions douces et nous aide notamment à appréhender la maladie en travaillant sur les blocages des structures gênants nos gestes du quotidien. Car si l’ostéopathie ne permet pas de soigner la maladie, elle permet d’avoir des résultats bénéfiques pour notre bien-être au quotidien, en soulageant les symptômes de la maladie et leurs conséquences.

Ainsi, l’ostéopathe sera à même d’agir sur les 3 principaux symptômes de la maladie (à savoir les tremblements, l’akinésie et l’hypertonie musculaire) mais son travail global permet aussi de soulager d’autres symptômes, moins connus, pourtant tout aussi handicapants.

Que fait l’ostéopathe ?

L’ostéopathe commencera par soulager la rigidité de notre corps, notamment en relâchant les tensions que l’on a au niveau de notre système musculaire. Pour cela, l’ostéopathe, va utiliser des techniques appelées « techniques d’énergie musculaire », qui se basent sur la contraction et le relâchement de nos muscles.

Cela permet notamment de soulager cet effet de raideur généralement retrouvé au niveau de nos cervicales et de nos épaules.

Un travail sur le système crânien

Les techniques employées par l’ostéopathe dans la prise en charge de la maladie de Parkinson passent aussi par le système crânien. Il viendra notamment travailler sur les membranes de notre crâne et de notre système vasculaire (les artères et les veines) pour améliorer l’irrigation des muscles et alléger leurs tensions.

Les techniques d’ostéopathie crânienne sont aussi très efficaces sur l’humeur, le stress, l’anxiété et le sommeil. Dans le cadre d’un suivi pour la maladie de Parkinson, un travail sur ces champs sera aussi effectué.

Un travail sur le système viscéral

L’ostéopathe accordera également une attention particulière à l’observation de certains de nos organes et procédera à des techniques viscérales pour soulager d’éventuels troubles digestifs, car la maladie de Parkinson ralentit aussi, par exemple, notre motricité digestive.

Coup du lapin

La maladie de Parkinson entraîne très fréquemment des raideurs cervicales. Selon les cas, elle peut même atteindre le stade d’entorse. Cette raideur cervicale peut entraîner des troubles différents comme des troubles du sommeil, de l’humeur ou une fatigue générale. On parle de “coup du lapin”, ou encore “whiplash” ou “coup de fouet”.

Des techniques adaptées

Les techniques utilisées par l’ostéopathe s’adaptent à chaque personne, car nous appréhendons toute la maladie différemment. Le traitement prodigué dépendra également du stade de la maladie.

L’approche somato-émotionnelle

Dans certains cas, les symptômes et les douleurs que nous ressentons peuvent nous pousser à l’isolement et parfois même à la dépression. Il n’est pas rare que les patients confient que leur perte d’autonomie et leur besoin d’assistance pour certaines tâches simples entraînent un sentiment de diminution. Car ne l’oublions pas, l’ostéopathe écoute avec ses mains.


Lisez aussi:

La sophrologie aide t-elle pour vaincre parkinson ?

Les solutions alternatives pour ralentir la maladie de parkinson?