Alcool et tremblement essentiel: attention danger

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



L’un des dangers de l’abus ou de la dépendance à l’alcool, c’est le tremblement essentiel donc attention d’être modéré, bien attendu que tout abus est dangereux.

Alcool et tremblement essentiel: attention danger

Le tremblement lié à la prise d’alcool.

Ce tremblement est lié à l’état de manque alcoolique. Il cède à la prise d’alcool (jusqu’à la prochaine crise) ou à la prise de médicaments adaptés. Cet état est appelé pré-délirium. Il signe une imprégnation alcoolique qui n’est plus supportée par le cerveau. Cette atteinte justifie d’une prise en charge médicale, très sérieuse.

Ce tremblement est surtout matinal, au lever. Il est aggravé par le mouvement et cède à la prise d’alcool. Ce qui explique que les personnes sous la dépendance de l’alcool se dépêchent de boire, dès le matin pour éliminer ce tremblement gênant. La quantité d’alcool pour engendrer un pré-délirium est fonction de chaque personne. L’ancienneté de la consommation et l’âge plus élevé augmente le risque.

Alcool : pourquoi est-ce qu’on tremble après une cuite ?

La gueule de bois. C’est un peu comme si notre corps essayait de se venger sur nous. On vous explique ici ce phénomène et on répond surtout à la question qui nous intéresse tous : comment se remettre d’une gueule de bois ?

Genoux faiblards, bras lourds, estomac en vrac, fatigue générale. Même si vous avez vos astuces (boire beaucoup d’eau, manger gras…), vous savez qu’il vous faudra bien quelques heures pour vous remettre sur pied. Lorsque le corps tremble après une soirée arrosée, c’est souvent le signe que vous avez vraiment (trop) forcé sur la bouteille.

En effet, le système nerveux autonome (aussi appelé système nerveux viscéral) a du mal à se remettre à niveau, ce qui peut déclencher des tremblements intempestifs.

Comme l’explique L’Institut américain sur l’Abus d’Alcool et l’Alcoolisme (« National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism »), ces tremblements peuvent aussi s’accompagner de palpitations cardiaques, d’aigreurs d’estomac et de pic de transpirations, autres preuves que votre système nerveux autonome est en train de travailler dur.

Certains scientifiques vont même jusqu’à comparer les symptômes d’une grosse cuite à ceux d’un sevrage : «Si boire peut rendre euphorique et contribuer à réduire l’anxiété, le lendemain, il se peut que tout vous revienne en pleine figure.», nous dit Aaron White, détenteur d’un PhD et conseiller du Directeur du NIAAA.

Bien sûr, boire occasionnellement et souffrir d’alcoolisme sont deux choses différentes, le sevrage alcoolique impliquant l’arrêt brutal de l’alcool après une consommation prolongée et en quantité importante. Pourtant, force est de constater que les manifestations physiques sont étonnement similaire.

Pour entrer davantage dans les détails, chez une personne alcoolique, le cerveau est habitué à opérer même lorsqu’il est moins stimulé par le monde environnant. Si l’on supprime l’alcool à ces personnes, leur cerveau a du mal à se réhabituer à un niveau de stimulation important, ce qui peut vite entraîner des tremblements (Source : centre américain pour les addictions).

Ce parallèle permet aussi d’expliquer pourquoi votre gueule de bois s’intensifie lorsque votre niveau d’alcool dans le sang est au plus bas. Évidemment, la solution pour atténuer vos symptômes de gueule de bois n’est pas de vous resservir un petit coup. Ce qu’il faut retenir dans tout ça ?

Vos tremblements devraient bientôt disparaître, juste le temps que l’alcool soit entièrement évacué par le corps. Peut-être aussi que ce serait pas mal de moins boire la prochaine fois.


Lisez aussi:

Tremblement essentiel: quel traitement naturel ?